Moi je lis la presse féminine…

Et je n’ai pas honte. Fleurisse en ce moment sur Hellocoton, dans les forums de discussion et sur les blogs une espèce de pugilat contre les magasines, presse féminine en tête. Arguments : creux, vide, avilissant et j’en passe et des meilleures.

OMG, le rouge à lèvres est le nouveau gloss !

Et comme d’habitude, je viens à contre-courant de l’opinion générale (j’appelle ça anti-conformiste, mon amoureux appelle ça chiante). Je lis la presse féminine. Je suis même abonnée à certains titres. Est-ce que ça fait de moi une écervelée ? Non. Est-ce que je me sens avilie ? Non plus. Même que j’ai un cerveau et que les informations que j’y lis, j’en fais le tri. Si, je t’assure, je peux réfléchir !

Alors oui, la presse féminine ne vole pas bien haut. Elle ne prétend pas décrypter la bourse, la campagne présidentielle ou résoudre une équation à 3 inconnus. Pour ça, y a Le Figaro, Marianne ou Scientifique magazine. De la presse spécialisée quoi.

Elle écrit des choses légères et, n’ayons pas peur des mots, futiles. Moi, j’aime lire des sujets mode (« pour ou contre le bikini à la plage », « Tong le retour »). Ce genre de sujet me fait passer le temps, me distrait et m’amuse. Un peu le but de ce genre de magazine ? Même que je n’ai pas le budget pour les pièces et que si je fouille un peu chez H&M ou Zara, je me dégote des pièces identiques pour 3x mois cher.

Idem pour les sujets beauté, psycho (j’adooore le témoignage des gens – probablement iréels – qui raconte leur vie). Et si le reste me gonfle, je zappe.

En bref, je prends ces magazines pour leur intérêt premier : divertir. Pour m’informer, j’ai tout un tas de moyens à ma disposition merci. Je ne nie pas que les annonceurs prennent trop de place (GROS fail : feuilleter 15 pages avant d’arriver au sommaire) et que les sujets sont à varier. Mais de là à raconter que la presse féminine nous fais un lavage de cerveaux : LOL (ouais, je fais partie de la génération MSN – MDR – LOL, je vais bien merci). Je pense que celles qui ont cette opinion oublie une chose importante : nous sommes dotées d’une intelligence certaine.

Publicités

20 réflexions sur “Moi je lis la presse féminine…

  1. Je suis totalement d’accord avec toi. Je lis énormément de magazines, et principalement de la presse féminine/people. Ma mère me reproche souvent de dépenser dans des Glamour, Cosmo et autres Closer sous prétexte que ces magazines n’apportent rien de concret, elle dit même de certains qu’ils sont « complètement stupides » (Cela dit, l’intéressée lit Femme Actuelle et Maxi, ça revient au même selon moi…). Et alors ?! Si je lis ces magazines, c’est avant tout parce que leur contenu me plaît et qu’il m’intéresse. Je n’ai pas besoin de lire un dossier sur la bête du Givaudan ou sur la vitesse qu’une fusée peut atteindre (D’autant que j’en ai strictement rien à foutre, soyons honnête.) pour me divertir et passer un bon moment.
    Cela dit, je suis prête à mettre ma main à couper que certaines personnes critiquant la presse féminine en sont aussi des lectrices. Bonjour les moutons!

    • C’est sure que la presse féminine est critiquée, mais aussi énormément lue (même si en perte de vitesse). Elle n’a pas inventé l’eau tiède, certes, mais elle permet de se divertir. Comme quand on regarde une émission télé-réalité/people à la télé. Même combat selon moi !

  2. Je ne lis pas la presse féminine, pourtant j’aime beaucoup l’univers de la beauté hein, mais je ne pense jamais à m’en acheter (en fait je vais déjà pas acheter un journal, donc bon). Pour autant quand j’allais chez des copines étant plus jeune, je tombais sur ce genre de presse et c’est vrai que c’est divertissant, des fois c’est tout ce qu’il faut, histoire de s’aérer l’esprit (ça peut être un moyen comme un autre de s’évader l’espace de quelques minutes). Par contre, je te rejoins sur les annonceurs (dans les magasines culinaires, c’est horrible, 30 pages de recettes, 100 de pubs, stop -_-), ça me gave très vite :/

    • J’ai l’impression que la pub tue les magazines à petit feu… Moi, je crois que c’est ce qui m’énerve le plus et le truc avec lequel j’ai le plus de mal. Maintenant, bouder un magazine parce qu’il fait de la pub… J’estime qu’il lui faut bien des sous pour survivre vu le peu de sous qu’on donne lorsqu’on l’achète (sauf Vogue, là c’est se moquer de nous !!!).

  3. Malheureusement sous couvert de vouloir « divertir » cette presse est devenue au fil des années et de la pression financière toujours plus forte ( Je te recommande  » La Bimbo est l’avenir de la femme » de Sylvie Barbier sur l’évolution de la presse féminine), un vivier de clichés absurdes et malsains. C’est bête et facile. Je la lisais plus jeune, puis les titres  » En 2010: c’est décidé je trompe mon mec »  » Vie professionnelle: tapez vous votre boss »  » 2012: Mad Men revient, et si on revenait aux 50’s »,…. m’ont peu à peu éloignés définitivement de cette presse. Ce n’est pas l’image que je me fais de la femme: une espèce d’écervelée, nympho, qui n’arrive pas à jouir, prête à tout pour le dernier pantalon IM. Pourtant on peut traiter de sujets légers, mais le faire bien: des sites comme Mademoizelle, Poils et capitons le font très bien !

    Récemment, chez le docteur je suis tombée sur un Vogue dont un des titres était :  » La cellulite, hors de question pour l’été 2011″. SERIEUX ?!! Bref, ça m’a confortée dans mon choix…. Tout comme la rédac chef de Elle.fr écrire que « se faire appeler mademoiselle, c’est le droit d’être considérée comme une princesse »………………………. Euh…..comment dire………

    Après je te comprends: les lectrices ne sont pas des débiles en puissance, mais cette presse est malsaine car elle ne fait en rien évoluer la condition féminine ( ce pourquoi elle a été créée originellement). Je me pose beaucoup de questions sur tout ça en ce moment: j’adore la mode et tous ces trucs… et je trouve que ce n’est pas facile de faire la part des choses entre les convictions et la futilité lorsque l’on parle de la presse féminine.

    • Je note le bouquin, je m’y attèle dès que j’ai finis « la vérité sur les cosmétiques » (que des livres presque apocalyptiques, en somme). Je comprends ton point de vue, et je le rejoins même : nous ne sommes pas des écervelés. Mais ce que j’essaie de démontrer dans mon article, c’est que si je lis la presse, c’est pour me divertir et rire de ces sujets. Sans suivre leurs conseils ridicules et vides de sens (non mais attends, je vais tromper mon mec, c’est trop tendance !!!).
      Pour le Elle, je ne te suis pas. C’était un édito et ça n’engageait donc que la journaliste qui l’a écrit (et Alix, aka dr AGA, est assez féministe aux vues de certains de ses articles). Il est vrai que pour ELLE, je trouve le magazine plus basé sur l’actualité et qui traite de sujet concernant les femmes. Sauf que des sujets de « bas étages » s’y retrouvent et à mon humble avis, ils sont obligés de s’aligner sur les autres titres pour vendre. Mais c’est vraiment un magazine que je peux lire pour m’informer : beaucoup de sujets d’actualité sont traités sur plusieurs pages (et pas une demi comme leurs confrères).

      Malgré tout, la qualité est bien descendue, je le conçois. Mais je dois avouer que pour en apprendre plus ou réellement réfléchir, je lis MadmoiZelle. Dont je suis ultra fan !

  4. Je fais partie de celles qui crachent sur la presse féminine, mais tu as raison, en fait, quand on prend ça comme un divertissement, ça permet de passer le temps agréablement (dans le bain, dans le bus, ect). Mais, je n’y peux rien, depuis quelques mois, je trouve juste que c’est de pire en pire, et même si je n’ai rien contre le futile, au contraire, des fois ça tombe quand même bien bas, et si j’ai arrêté de lire, c’est surtout parce que j’avais l’impression d’être prise pour une conne.

    • Je comprends ton sentiment, et je le partage presque (l’impression d’être prise pour une idiote). Mais j’en fais abstraction, un peu comme lorsque je regarde Les Anges de la Télé Réalité. Un moyen de passer le temps, en somme.
      Tu dis depuis quelques mois, tu as des exemples précis en tête ?

      • J’avoue que je ne m’en souviens plus trop, mais ce qui m’avait frappé, déjà, c’est que sur la Sainte Trinité (Biba, Glamour, Cosmo), on retrouvait les mêmes sujets. Il y avait les sujets du style « je suis grosse mais je m’assume », avec une femme en taille 40, et juste à côté, une pub pour somatoline cosmetic, des sujets sur tromper son mec ou réussir grâce à son physique. Il y a aussi les sujets sur des « stars », où tu t’attends à un peu de nouveau, et rien que du rabattage. Tiens, prends Jennifer Aniston, par exemple, un mois elle est l’exemple à suivre, deux mois plus tard, elle fait pité. Et, surtout sur Cosmo je crois, j’avais trouvé qu’au lieu d’aller vers l’égalité, elles séparaient pas mal les hommes et les femmes, avec des rubriques à la con « Pourquoi il ne demande jamais son chemin », comme s’il fallait absolument en faire des contraires. Au final, c’est rempli de clichés assez désolants.

      • Aaaah mais à part Glamour, je ne lis aucun de ces titres (cela explique sans doute). C’est sur que ce genre de magazines est assez cliché (même si glamour essaie, parfois, de faire quelques articles plus profonds). Après, je n’achète ces magazines que de temps en temps donc je ne me rends pas compte de la répétition…

  5. Je ne lis plus la presse féminine française depuis bientôt 7 mois et ce n’est pas parce que je trouve que ça ne vole pas haut. Je ne pense pas que je tiendrais un blog beauté si le sujet ne m’intéressait pas ! 😉 Mais ce qui fait que j’ai décidé d’arrêter, ce sont les articles que j’ai pu lire les derniers temps sur les filles qui mangeaient peu par soucis de leur ligne ou les critiques envers les YouTubeuses (article qui a beaucoup fait parler de lui d’ailleurs ^__^). Je ne suis pas YouTubeuse et je ne fais pas plus attention que ça à ce que je mange, mais je n’ai pas apprécié leur mauvaise foi. Car ils ont contribué à lancer cette mode du corps mince et sans défaut, et ils sont également bourrés de publicités qui incitent à la consommation. Dommage, j’adore les lire, au fond, mais ces articles m’ont extrêmement déçue, car je les ai trouvé rabaissants. Hors ils visaient des filles qui font parie intégrante de leurs lectrices. Je préfère donc la presse australienne, qui fait poser des femmes normales, fines et rondes, qui abordent les mêmes sujets que les magazines français, mais avec lesquels on se prend moins la tête.

    • Je dois dire que j’ai peu apprécié ces articles aussi (et le fait de cracher sur les blogueuses). Je pense que les journalistes traditionnelles ont peur de perdre leur audience face à des concurrentes directes et, la plupart de temps, libre de leur avis (de ne pas aimer un produit quoi). Et pour les filles qui mangent peu, c’est juste à mourir de rire (leurs articles hein !) : chaque année, on a droit à « -3 kg avant l’été » ou ce genre de conneries. J’évite d’ailleurs les magazines qui en parlent (donc en fait, avant l’été, je n’en lis pratiquement plus…).
      Par contre, je rejoins certains (et je dis bien certains) de leurs avis sur les youtubeuses. Certaines américaines sont juste… hallucinantes ! Même si elles sont un peu le miroir de notre société (j’arrête là, ça n’est plus assez futile comme sujet !:D)

  6. Ah ah merci d’avoir écris cet article.
    J’y pensais justement, à écrire un article du genre : » Oui je Glamour et alors ? »

    Non mais plus sérieusement, tout comme toi, j’adore les magazines, limite je suis un peu addict et mon copain devient fou ! Mais ça me relaxe, j’adore tourner le simages, parfois ne pas lire complètement les articles, lire des avis de produits. Finalement c’est une blogo sur papier, pourquoi tant de haine ?

    Ah ! J’en ai tellement à dire que p’t’être bien que je vais l’écrire cet article :p

    • Lire les articles, à fond ! Les avis sur les produits, beaucoup moins. Depuis que je sais que les annonceurs placent leurs produits dans les magazines et que les journalistes sont obligées d’en parler et de donner un avis positifs, ça me plaît moyen (il me semble que le blog (dé)maquillages en a parlé). De même, nne blogo sur papier, je ne suis pas trop d’accord. Un blog, c’est être sur un pied d’égalité avec les lectrices, partagés et donner un véritable avis objectif (enfin, ça se perd je dois dire). Moins un magazine féminins. Je dois avouer qu’à choisir, je me tourne vers la blogo que je trouve plus diversifiée et plus informative. Mais c’est un avis personnel 🙂

  7. Ce qui me dérange le plus, c’est la répétition des sujets…d’une année à l’autre et dans la plupart des magazines! C’est pas divertissant mais chiant à la fin et quand on ne vit pas dans l’oppulence, on se dit parfois qu’on s’est vraiment faite arnaquée…voilà, c’était mon avis.

    • C’est vrai que les sujets se répètent, c’est pourquoi je varie un maximum les titres. Mais je zappe aussi les sujets qui ne m’intéressent pas et, étrangement, c’est ceux qui reviennent chaque année (le fameux régime avant l’été, bien préparer sa peau et ses cheveux au soleil, blablabla). Mais ce sont des sujets qui marchent, alors pourquoi s’en priveraient-ils ?

  8. Je suis COMPLETEMENT d’accord avec toi! Ton post dit ce que j’ai toujours envie de dire! J’adore la presse de filles, j’en ai même fait un blog mais je ne suis pas crédule ou complètement débile 🙂 Merci! Je vais même le partaaer sur ma page Hellocoton tiens 🙂 Bisous bisous!

    • Wouhahou un partage, merci beaucoup 🙂 Maintenant, quand je lis un magazine, je me sens obligée de m’interroger « attends, ne serait-ce pas sexiste » et à force c’est usant… Mieux vaut le prendre comme du second degré !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s