Choisir ses cosmétiques #1 : l’huile minérale et les hydrocarbures

Depuis que je travaille dans la vente, je vois énormément de consommatrices soucieuses de leur peau mais qui ne savent pas toujours vers quoi se tourner. Et si on est bienveillante chez nous et qu’on ne conseille pas un lait démaquillant pour une peau grasse (oui, en général on vient nous voir quand on a une peau cracra et qu’on ne sait pas d’où ça vient… souvent de conseils peu avisés d’une enseigne concurrente bien connue), c’est bien d’avoir tout de même une « culture » de base pour décrypter les compositions.

Décrypter les étiquettes se résument à peu près à ça : loupe, incompréhension et interrogations !

Aujourd’hui, nous allons parler huile minérale et hydrocarbures (comme laisse sous entendre le titre de l’article !). Ne vous attendez pas à un simple « c’est caca, beurk beurk beurk », je vais essayer de détailler un peu plus.

Qu’est-ce que c’est ?

Déjà, quand on parle d’hydrocarbure, on n’inclut pas uniquement les huiles minérales. Il existe également des hydrocarbures animales (mais qui ne sont quasiment plus utilisés que tuer des animaux pour étaler un truc sur la tronche, c’est juste pas possible) et végétaux (phytosqualane).

La crème Ultra Facial Kiehl’s contenant du squalane végétal

Les hydrocarbures minérales (appelées huiles minérales couramment) peuvent être inscrites sous le nom suivant dans la liste des ingrédients d’un produit :

  • Petrolatum : vaseline.
  • Parafin : paraffine
  • Huile de paraffine, paraffine liquide :

On en trouve dans un paquet de produits mais surtout dans les baumes à lèvres, crème hydratante et nourrissante pour le visage et le corps, lait démaquillant, huile démaquillante, produit solaire et huile de massage notamment.

Propriétés

Nous voilà au gros souci que pose les huiles minérales et non tous les hydrocarbures.

Si les huiles minérales ont des propriétés intéressantes (augmentent l’étalement, d’où leur présence dans les huiles de massages, inertes chimiquement donc bien tolérées même par les peaux sensibles, utilisées comme nettoyant doux), elles sont aussi décriées pour d’autres « petites » choses.

Les huiles minérales sont occlusives (c’est-à-dire qu’elles laissent un film sur la peau) et donc évitent la déshydratation. Le problème, c’est qu’elles empêchent également la peau de respirer (notamment la parafin qui est très occlusive !). Elles seront donc indiquées en cas de peau sèche (voire très sèche) mais en aucun cas pour des peaux normales à grasses. Et même pour une peau qui manque de gras, il ne faudra pas trop en abuser sinon bonjour les petits boutons de sébum (glamour !).

Pour les baumes à lèvres, où elles sont présentes quasiment tout le temps, elles ne vont pas « réparer » dans le sens où elles ne contiennent pas d’actifs. Elles vont se contenter de créer un film sur la surface de la peau et d’empêcher une plus grande déshydratation tout en laissant la peau se réparer toute seule… sauf que si elle n’y arrive pas, on l’a dans l’os !

On reproche également aux huiles minérales d’être issues… de la pétrochimie (transformation du pétrole, tout ça). Si ce n’est pas dérangeant en soi (elles sont purifiées, tout ça), c’est à la fois perturbant de s’appliquer un truc sur la face qui dérive d’un truc noir et visqueux mais aussi de payer un bras des cosmétiques contenant un « déchet » de l’industrie pétrolière. Ne nous voilons pas la face : les industriels des cosmétiques utilisent les hydrocarbures également parce qu’elles sont très bon marché !

Concernant le squalane, ou phytosqualane, ce sont des hydrocarbures mais utilisés en petite quantité comme actif car très nourrissant… et non comme base de formulation comme les huiles minérales (pas chères du tout donc souvent utilisées dans les produits bons marchés – mais pas que, des grandes marques dont je tairais le nom ici aussi !). Comme le squalane est dérivé du squalène, un composé du sébum humain donc naturellement présent dans la peau, il est extrêmement bien toléré et très peu comédogène. Voilà donc la différence entre hydrocarbure minérale et végétale…

Pour qui, pour quoi ?

Une peau sèche pourra prendre une crème contenant des hydrocarbures minérales sans problème. Mais il faudra que la formulation contienne aussi des actifs : comme réparer une peau à problème sans actifs ?!

Concernant les démaquillants, à moins de vouloir avoir un espèce de film gras bien dégueu sur la peau, je vous les déconseille ! Je sais que certaines personnes adorent ce toucher soyeux après s’être lavées, mais pitié les peaux mixtes/grasses ! Le nettoyant nettoie et n’a pas pour but d’hydrater : la crème le fera déjà !

 

Un baume à lèvre d’une grande marque remplie d’huile minérale…

Pour les baumes à lèvres, je vous donne un avis perso mais fuyez les baumes avec juste de l’huile minérale. Ça répare que dalle, ça rend la bouche poisseuse, beurk !

Pour le reste, vous pouvez y aller. Presque tous les rouges à lèvres (de l’industrie classique, pas bio, je m’entends) en contiennent, les huiles de massage également (souvent associés à des silicones pour diminuer le toucher gras !) mais ce n’est pas dérangeant en soi.

 

 

Si vous souhaitez passer du côté non gras de la force, pour pouvez surveillez les étiquettes : la mention OIL FREE signifie que le produit ne contient pas d’huile minérale (et non pas de corps gras DU TOUT !).

J’espère avoir pu vous renseigner… pour le prochain article, attendez vous à relire les mentions inscrites sur les étiquettes d’une autre manière !

4 réflexions sur “Choisir ses cosmétiques #1 : l’huile minérale et les hydrocarbures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s