Routine éclaircissante Esthederm : le verdict !

Ca fait maintenant 3 mois que j’utilise les produits envoyés par Esthederm. Ils m’avaient concocté une routine exclusivement composée de produits de leur marque mais certains ne me convenaient pas du tout (la crème de nuit remodelante : disons que je n’ai pas encore de rides…). Je me suis donc concentrée sur l’éclaircissement le matin uniquement.

Pour vous rappeler le problème, j’avais des tâches très voyantes sur les joues. Cicatrices de boutons, soleil et autres joyeusetés : je ne voyais qu’elle et je n’en pouvais plus.

Au début du traitement (plus voyantes en réalité)

De grosses tâches rouges foncées, qui se voient même sous le fond de teint.

J’ai donc utilisé le sérum éclaircissant seul le premier mois, puis couplé avec la crème éclaircissante jour.

Le duo de choc !

Vous l’avez compris, j’utilisais ces deux produits uniquement le matin (avec ma lotion en première étape et une crème solaire en dernier). Ponctuellement, j’utilisais également la crème gommante désincrustante de la même marque.

Le sérum est d’une douceur absolue, très agréable à appliquer (même s’il en faut plus qu’un sérum habituelle, la texture étant presque proche d’un gel). Il s’utilise sous les yeux, ce qui n’est pas négligeable pour celles qui ont le contour des yeux secs (coucou !), déshydraté (re-coucou !) et qui aime juste s’étaler leur sérum partout sur le visage (toujours coucou !).

La crème m’a moins convaincue. Très peu hydratante, elle n’a qu’une action superficielle. Elle n’est pas grasse du tout et fait une excellente base de maquillage mais avec ma peau sèche (sachant qu’en plus elle est destinée aux peaux matures), elle ne convient pas du tout.

Depuis le mois d’août, ma peau a bien évolué :

Si les tâches n’ont pas complètement disparues, elles ont en revanche diminué de volume et la couleur s’est estompée. Je n’en attendais pas des miracles et je suis satisfaite : les produits ont bien fait leur job, sans compter qu’ils sont très doux pour la peau (pas du tout agressif !).

Et vous, les produits esthederm ? Testés et approuvés ?

(Pardon pour mon absence de ces derniers jours mais je devrais revenir doucement, sachant que je suis en vacances cette semaine vous aurez droit à plus d’articles. A défaut de partir en séjour thalasso au Touquet, je m’occupe de mon blog !)

Publicités

Plus belle la peau : Over Night Biological Peel de Kiehl’s

Depuis quelques temps, pas un jour passe sans qu’on entende parler des fameux sleeping mask, ces mixtures étranges qu’on se tartine sur la figure et qu’on laisse agir la nuit pour ne plus se reconnaître dans le miroir le matin (en bien, évidemment !). Je trouvais ça étrange (laisser agir un masque 8 heures ?!) et pas hygiénique (on en met plein l’oreiller). Sauf que lorsque j’ai pris le Over Night Biological Peel, je ne savais pas trop dans quoi je m’engageais (m’enfin le nom aurait du me mettre la puce à l’oreille je crois…). Le principe est identique que les fameux masques de nuit, sauf que c’est un peeling. J’insiste : un peeling (sorte de gommage chimique).

Pour les novices Kiehl’s, le produit fait partie de la gamme Derm : il a été élaboré avec des dermatos. Donc les résultats sont souvent assez incroyables (m’avait-on dit). Pour 45€ le flacon, il vaut mieux.

Il faut s’en tartiner le visage (sans en mettre de trop, un chouïa plus qu’une crème de nuit), laisser pénétrer 2-3 minutes (en gros, ne pas se jeter sous la couette tout de suite sous peine d’en tartiner les draps) et aller dormir. Le peeling fait le reste.

Les utilisations sont nombreuses : personnellement, je l’ai pris pour le manque d’éclat mais il peut s’utiliser sur peau acnéique (qui ne doit SURTOUT pas utiliser de gommage à grains !), sur une peau tâchée ou qui a subit des dégâts dus au soleil (bonjour le retour des vacances !). Et comme il contient de l’urée et du hyaluronate de sodium, il hydrate en même temps (c’est d’ailleurs pour ça qu’on a la peau plus repulpée le matin !) !

Je l’ai utilisé un jour où ma peau était terne et fatiguée : j’avais besoin d’un booster. Un peu septique au départ, lorsque j’ai vu ma peau au réveil, j’ai été convaincue. Et pas qu’un peu : toute lisse, avec un bel éclat. Bref : elle était canon et je pouvais presque me passer de fond de teint.

A savoir qu’il en faut très peu pour tout le visage donc le flacon, il dure un bon moment ! On peut l’utiliser 2 à 3x par semaine : personnellement, je le fais une fois et ça me suffit mais ça dépend évidemment des peaux.

Alors tentée ? Déjà testé, le gommage chimique ?

LunaCopine, ma nouvelle pote.

Non mais ça y est, elle revient et elle nous pond un article avec un nom à coucher dehors. Et puis c’est quoi une Lunacopine ?

Il est très probable que c’est la phrase que vous vous êtes dites. Passons sur le titre (je suis friande des jeux de mots un peu débiles, vous l’aurez remarqué), et attardons nous sur la lunacopine.

Il y a quelques mois, je publiais l’article sur les cups en général et le mois dernier, un comparatif sur deux cups testés. La marque LunaCopine, ayant remarqué mon talent légendaire (heum heum), m’a fait parvenir leur modèle pour que je le teste. Et voici mon verdict.

J’ai pris la petite taille (pour celle qui n’ont pas eu d’enfants ou qui ont un flux pas très abondant). Elle a la même taille que les deux autres (femmecup et fleurcup) que j’ai pu testé : bref, pas de grosse surprise (et tant mieux !).

Des trois cups que j’ai pu testé, celle-ci se place au milieu niveau rigidité : il faut un coup de main pour la déplier mais elle ne posera pas de gros gros problèmes au débutantes.

Comme toujours avec les cups, il faut la placer correctement pour éviter les fuites (c’est mieux…). Rien à signaler avec celle-ci !

J’ai beaucoup apprécié la couleur (j’assume !) et surtout, la petite pochette trop mignonne fournie avec. Un gros plus : ce n’est pas toujours évident de trouver un endroit où la caser (j’ai déjà testé dans un gant de toilette : c’est très moche et ça prend une place pas possible !) donc la pochette fleurie fait son job. D’ailleurs, même pour la trimballer dans son sac incognito c’est top.

Bref, la LunaCopine a ma préférence. Elle est relativement souple sans l’être de trop, se place correctement et est toute mignonne. Deux points négatifs (tout de même, j’y arrive !) : elle est difficile à nettoyer avec ses rainures. Bon, il suffit de bien la savonner et ensuite de la plonger dans l’eau bouillante mais parfois, on a l’impression que les tâches ne s’enlèveront jamais. Pas top. Autre point négatif : son prix. Elle est vendue sur plusieurs sites en ligne (et non directement sur leur site, d’où le prix plus important à cause de la marge du distributeur… t’as vu comment j’applique mes cours de marketing !). Elle coûte 28€ (avec la petite pochette, tout de même !) : c’est vite amorti mais on n’a pas toujours envie « d’investir » sans une cup (disons qu’on est moins motivée que dans un rouge à lèvres Chanel !).

Et vous alors, vous avez fini par franchir le pas ? Elle vous botte cette cup ?

Huile sèche Galénic : pas mieux que prodigieuse.

Dans les produits que m’avaient envoyée la marque il y a plusieurs mois déjà se trouvaient une huile sèche. Pas ultra fan, je l’ai gardé pour l’été où j’apprécie plus ce genre de texture. Depuis que la chaleur a repointé le bout de son nez, je m’enduis consciencieusement chaque soir pour avoir (un peu) l’impression d’être à la plage (alors que bon, je bosse dans un frigo la journée… quel merveilleux mois d’août !). Si j’apprécie globalement le produit, j’ai quelques petits détails qui me dérangent.

J’ai beaucoup apprécié le packaging. S’il est plutôt simple (spray), il est pratique. Le flacon est en plastique et je n’ai pas peur de le laisser tomber lorsque j’ai les mains grasses (coucou Nuxe, si tu me lis !). Le flacon est léger et se glisse partout, très pratique pour emmener dans sa valise sans avoir peur de le casser.

La texture est assez liquide. Elle est loin d’une huile végétale (notamment l’huile de jojoba ou de macadamia de Melvita que j’utilie parfois). Attention donc à ne pas en mettre partout… même si avec le spray, il faut VRAIMENT être maladroite (ok, ok, j’avoue, j’en met partout et je laisse tomber des trucs !).

Niveau hydratation, je la pensais plus hydratante que ça. Disons qu’elle laisse la peau douce (encore heureux hein !) mais pour une peau vraiment sèche, je ne la conseillerais pas.

Son principal problème, à mon sens, est sa pénétration. Elle est grasse et en plus, impossible de s’habiller tout de suite après sous peine de tâcher ses vêtements. Alors évidemment, on ne doit pas attendre des plombes non plus. Mais il vaut mieux la réserver pour le soir histoire d’épargner ses habits, juste au cas où

Autre défaut, mineur cette fois, c’est son odeur. Elle est très peu présente. Pour certaines ce sera un point positif mais moi j’aime bien (du moins sur les huiles) un léger parfum.

Son prix paraît élevé (environ 26€) mais le spray contient 125ml (contre 50 pour l’huile prodigieuse). Comme il en faut peu, le rapport qualité/prix est bon ! A savoir qu’elle peut également s’utiliser sur les cheveux pour les hydrater (je ne par contre pas vous en dire plus, comme elle contient des silicones – même en petite quantité – je n’ai pas essayé).

Bref, j’aime beaucoup cette huile. Si elle n’est pas mon coup de coeur de l’année, elle fait bien son boulot et je prends plaisir à l’utiliser. N’est-ce pas là le principal ?

Et vous alors, les huiles sèches ? Vous en utilisez ? Vous êtes tentées par Galénic ?

 

Tâches et cicatrices : les résultats au bout de 3 semaines

Pour celles qui me suivent sur Twitter, vous le savez : depuis maintenant 3 semaines, j’utilise un sérum Esthederm contre les tâches que m’ont laissé de vilains boutons (ceux causés par la crème La Roche Posay, pour tout vous avouer).

D’après les conseils de Lola, qui m’a envoyé les produits, je devais coupler le sérum avec la crème de jour et de nuit éclaircissante, de même que l’eau cellulaire. Sauf que désobéissante blogueuse que je suis, je ne voulais pas brusquer ma peau en changeant totalement mes produits de soins pour ma routine, j’ai décidé de les inclure au fur et à mesure. Pour le moment, je n’utilise donc que le sérum éclaircissant, White System de son petit nom une fois par jour (le soir). Et pourtant, les résultats sont déjà là. Ils sont très petits, certes, mais franchement encourageants.

Au commencement : les tâches rouges foncées, qui se voient sous le fond de teint.

Au bout de trois semaines d’utilisations, la couleur est atténuée et les cicatrices se voient moins. Elles sont toujours visibles mais de moins en moins.

J’ai également l’impression que leur diamètre a diminué mais peut-être est-ce mon oeil qui joue des tours !

Toujours est-il que je suis très agréablement surprise et que je vais continuer sans aucun doute avec mon nouvel ami.

Je ferais une revue complète après l’entière utilisation évidemment.

Et vous Esthederm, vous connaissez ? Déjà testé ?

Crème nutritive Avène : le mi flop

Je n’arrive pas à me décider si je l’adore où si je la déteste. J’exagère peut-être, mais elle a de gros points positifs et un énooorme point négatif.

La crème, bien entamée

En général, j’utilise la crème nutritive compensatrice riche de Avène l’hiver, lorsque ma peau est en manque de lipides (vent, froid et autres réjouissances). Mais sachant que ce mois-ci je travaille dans 8° sous la clim, j’ai besoin d’une crème doudou.

Elle fait extrêmement bien son travail : elle hydrate, nourrit intensément la peau (j’avais une peau très déshydratée il y a quelques temps, mais en une petite semaine cette crème l’a remise d’aplomb) et crée un film protecteur. Malgré sa richesse, elle s’étale bien. Elle est grasse, certes (enfin, c’est une crème nutritive riche quoi) donc uniquement pour peau sèche (les peaux mixtes lui préféreront sa version « light », la crème nutritive compensatrice).

Toutefois, elle est vraiment comédogène. Pourtant, je n’ai pas de soucis particuliers avec les boutons : j’en ai un tous les 36 du mois. Mais dès que je l’applique soit en trop grosse quantité, soit matin et soir, j’ai un rebond de points noirs et quelques boutons/microkystes qui pointent le bout de leur nez.

Ponctuellement, pour refaire une santé à sa peau en berne, pourquoi pas (à condition d’alterner avec une autre crème). Mais si vous comptiez vous tourner vers celle-ci pour votre routine matin et soir, je vous conseille de prendre une plus light pour l’un des deux.

Prix : une vingtaine d’euros pour 50ml.

Blush Cosmetics et la palette 88 couleurs : je vous dis tout !

Ou presque.

J’en rêvais depuis des lustres, d’une palette 88 couleurs. Je savais que je voulais des neutres (mais pas que), des verts (mais pas que), des irisés (mais pas que) et des métallisés (mais pas que) (qui a dit que j’étais une fille exigeante ?). Mes allusions très subtiles (« achètes moi CA » notamment) étant restées sans réponse auprès de mon cher et tendre, voilà que je craquais pour la palette 88 couleurs.

Prise en plein soleil, les couleurs sont sublimes !

J’ai choisi la 88 Couleurs Hot Earth de chez Blush Cosmetics après moult tergiversions : il m’en aura coûté 14€ environ, frais de ports inclus.

Mais qu’en ai-je pensé ?

Commandée vendredi, arrivée mercredi sachant que le week-end était férié. Rien à redire : la palette est expédiée du Royaume Unie, et elle a été extrêmement rapide.

Pas de casse à déplorer, les fards sont arrivés entiers. Malgré l’extrême prudence de la marque au niveau de l’emballage, certains fards peuvent arriver casser : dans ce cas, n’hésitez pas à écrire au service client, la plupart rembourse ou renvoie une autre palette.

Assez petite (disons plus petite que ce à quoi je m’attendais), elle est pratique pour voyager (et donc avoir des dizaines de fards !). Le miroir est très pratique, les embouts mousse aussi (je vous dirais pourquoi plus tard héhé) et l’ouverture très facile (disons que, contrairement à ma palette Coastal Scents, je ne me casse pas un ongle à chaque fois que je l’utilise).

Par contre, le plastique est très léger et fait donc très cheap. Mais très franchement, pour ce prix, en a-t-on quelque chose à faire ? Pour ma part, rien du tout.

Pour faire simple, la pigmentation est très inégale. La plupart des fards (notamment les foncés et colorés) sont extrêmement bien pigmentés (autant que des Coastal Scents, voire des Sleek pour certains). Les plus clairs sont souvent décevant, même si certains sont tops.

Au niveau de l’application, il faut souligner que les fards sont extrêmement poudreux (chutes bonjour), là encore certains plus que d’autres. Une base est donc indispensable et les embouts mousse sont bien pratiques (étrange mais vrai : un fard poudreux appliquer avec un embout mousse fait moins de chutes). Rien d’insurmontable : mes fards Uban Decay en font autant pour certains, il suffit de bien tapoter son pinceau avant d’appliquer le fard.

Le prix est très raisonnable (c’est une des palette les moins chers que j’ai pu trouver à commander en Europe) et le rapport qualité/prix excellent. Les couleurs sont bien variées (même si les adeptes du très colorés trouveront le choix un peu limité) : on y trouve du bleu, du vert, du violet, du marron,… Mais des teintes très « passe partout », exactement comme j’aime.

Et comme des maquillages valent mieux que des swatchs, voici ceux que j’ai réalisés avec la palette.

Vert et bleu (étrangement, ça rend extrêmement bien)

Dégradé de violet

Le fameux maquillage orange, qui ne m’a valu que des compliments

Alors, tentée ? Elle vous plaît cette palette ?