Ingrédients cosmétiques décriés : idées reçues (avec plein de silicones, SLS,…)

Après ce titre, probablement le plus long de l’histoire de ce blog, laissez moi vous présenter le sujet d’aujourd’hui : les ingrédients qu’on boude. Je lis parfois tellement de bêtises, à la fois dans les blogs ou les magazines, et j’entends parfois du vrai n’importe quoi. Ci-dessous petite liste non exhaustive des composants boudés – parfois à tort – et d’autres encensées – à tort parfois également. Petite mise au point.

Les parabens (hashtag tête de mort, tout ça)

Commençons par un sujet qui fâche. Probablement les ingrédients « problématiques » dont on parle le plus. Perturbateurs endocriniens démontrés par plusieurs études, ce qui pose problème c’est leur influence sur les hormones. Ils seraient responsables de cancers, notamment du cancer du sein (des traces de parabens ont été retrouvé dans les tumeurs – bref ceci n’est pas tellement mon rayon alors je te laisse le soin de t’informer dessus si tu le souhaites : l’observatoire des cosmétiques est parfait pour ça).

Comme je le disais, les parabens seraient cancérigènes. Mais surtout, ils ne sont PAS ALLERGISANTS. J’ai pu lire de nombreuses idioties : NON, les parabens sont très bien tolérés. Et c’est bien pour ça qu’ils étaient aussi utilisés ! Pratiques, peu chers et bien tolérés, la base pour les formulateurs.

Il semblerait également que ceux qui posent le plus problème sont ceux à longue chaine carbonnée – si tes notions de chimie date de plusieurs années, en gros les ethylparaben et methylparaben seront moins problématiques que propyl-butylparaben. Mais rien n’est prouvé.

ATTENTION : les produits « sans paraben » sont extrêmement à la mode. Parfois, le packaging a été revu (pompe = moins besoin de conservateur qu’en pot) ou d’autres conservateurs ont été rajoutés. Le phenoxyethanol semble poser problème mais le PIRE reste le methylisothiasolinone. FUYEZ A TOUT PRIX ! Il est extrêmement allergisant, vraiment problématique celui là.

Les silicones

Déjà, il en existe une multitude dont les propriétés diffèrent. Le cyclométhicone par exemple est très volatil : il ne reste pas. C’est lui qui servira à faire un mascara waterproof par exemple. Pour le reste, il faut savoir que ce sont des composants très polluants (ne se dégradent pas bien) et qu’ils faut bien les démaquiller… Sinon ils sont occlusifs. D’où le fait d’une routine sans silicone, notamment niveau capillaire.

Alverde, une marque silicone free

MAIS ils ne sont pas comédogènes (pour la plupart) : ils laissent passer la vapeur d’eau et sont moins occlusifs que les huiles minérales et que certains composants naturels (les cires, style cera bellina). Une routine visage sans silicone est super, mais ne garantit pas une peau zéro défaut !

La pierre d’alun

Qui peut être naturelle ou synthétique… Peu importe. Elle bloque l’écoulement normal de la transpiration : ce n’est donc PAS une alternative aux sels d’aluminium. C’est la même chose, en fait. Peu importe le greenwashing de certaines marques (tu as du voir cette merveilleuse pub à la télé qui vante les vertus naturelles de la pierre d’alun face aux sels d’alu…).

 

Les tensioactifs (SLS, ammonium lauryl sulfate,…)

Ce sont des agents lavants (utiles donc) mais certains sont bien plus détergents (donc irritants) que d’autres. Ils ne causent PAS d’allergies : ils sont « juste » très agressifs. Mais attention, certains sont autorisés en cosméto bio ! L’ammonium lauryl sulfate (pire que le sodium laureth sulfate niveau agressivité) est présent dans certains shampoings certifiés. Il vaut mieux se tourner vers ceux finissant en « oside » qui sont plus doux (mais plus cher – on a rien sans rien…).

 

Pour le moment, plus aucun ingrédient ne me vient mais je referais probablement un article de ce type. Vu toutes les bêtises qu’on lit…

A très vite !

Coup de coeur capillaire : le shampoing Melvita

Melvita, c’est une marque que j’apprécie. N’ayons pas peur des mots, je l’adore. Je suis fan de leurs huiles végétales bio et de leurs baumes au beurre de karité. Je n’ai évidemment pas pu tout tester, mais j’essaie doucement.

Dans ma quête du shampoing sans SLS et clean, je me suis tournée vers Melvita (entre autres). On me l’a offert pour mon anniversaire (merci maman !) et j’ai pu le tester pendant quelques semaines. Verdict : je l’aime.

Shampoing cheveux très secs

Ce shampoing est donc sans sulfate et sans paraben. Il est certifié bio également. Il contient notamment de l’huile d’olive et du beurre de karité, évidemment idéal pour cheveux secs. Sauf que voilà, j’ai également le cuir chevelu qui regresse assez vite. Et si vous avez ce type de cheveux (des cheveux mixtes, pour une fois que je peux m’appliquer ce mot à moi-même j’en profite), je vous le déconseille. Il lave correctement mais a tendance a faire regresser assez vite. La marque a un shampoing pour cheveux gras ou cheveux secs également, pensez à y jeter un oeil si vous lorgnez du coté vert.

Niveau odeur, j’aime beaucoup. Je ne saurais vous dire ce que ça sent (ça aide, ne me remerciez pas) mais c’est une odeur assez subtile qui n’est pas entêtante. Disons qu’il n’embaume pas la salle de bain pendant des heures.

Coté lavage en lui-même, il est top ! Il mousse correctement (y a vraiment de la mousse !) et les cheveux sont tout propres après le rinçage. Ils sont relativement doux, mais pas autant qu’après un soin évidemment.Seul petit bémol : il enlève mal les résidus d’huile. Je m’explique : je fais donc des bains d’huile assez régulièrement en guise d’avant shampoing. Lorsque j’utilise le shampoing Melvita, mes cheveux sont encore un peu poisseux. Pas gras, mais un peu lourds. Assez désagréable comme sensation donc depuis, j’évite !

J’ai apprécié le fait que je n’ai pas eu de démangeaisons après son utilisation. Il est vraiment doux.

Attention également à la date limite d’utilisation : la mienne est très courte, moins d’un an. C’est un produit bio, je pense que c’est pour ça mais il serait dommage de laisser un shampoing moisir dans son stock.

Son prix : environ 15€ les 500ml.